Catégorie : Médias & réseaux

La presse, les réseaux sociaux, tout ce qui est lu par le plus grand nombre.

Adieu Facebook!

Voilà des années que j’avais un compte facebook personnel. Au départ créé afin de rester en contact avec quelques personnes, je me suis rapidement retrouvé avec plein d’amis. J’ai alors opéré un premier tri il y a quelques années et ai viré près de la moitié des gens. Des gens que je connaissais de loin et avec qui, finalement, je n’avais pas grand’chose à partager. Notez que je n’ai jamais accepté d’être ami avec quelqu’un que je ne connaissais pas dans la vraie vie. J’ai d’ailleurs du mal à comprendre par quel mécanisme certains acceptent cela…

Et puis là, dernièrement, j’ai fermé mon compte.

Farewell my fair-weather friends.

Alors, est-ce la constante progression vicieuse des conditions d’utilisation, la lassitude de voir mes amis poster des photos de citations ineptes, la consternation devant les commentaires d’amis d’amis, je ne saurais bien le dire.

abraham-lincoln-quote-internet-hoax-fake

Toujours est-il que je ne voulais plus y venir et que laisser mon compte en l’état n’était pas une option réaliste.

J’ai donc entrepris d’effacer tout ce que j’avais fait. Et par effacer, je veux bien dire que j’ai utilisé les outils de facebook pour le faire; impossible de dire si cela a vraiment été effacé ou si cela est juste passé en mode invisible. Mais j’ai pris le temps d’effacer le moindre commentaire, le moindre j’aime de ces quelques années passées chez eux. Ça m’a pris des heures et des heures!

Au bout du compte1)C’est le cas de le dire!, quel bilan de ces quelques années sur Facebook? Eh bien c’est mitigé.

Tout d’abord, certaines informations ne se trouvent presque plus que sur Facebook. Et là, c’est le drame parce que non seulement cela nous force à créer un compte, mais cela crée une situation de monopole. Et pourtant, on ne peut pas accuser le géant américain, car qui créé ce monopole? Les gens eux-mêmes! Plutôt que de privilégier leurs propres plateformes participatives (forums, etc) les institutions, les entreprises, les médias préfèrent gérer cela sur Facebook2)Il faut donc saluer ceux qui privilégient encore leurs solutions internes, parfois contre vents et marées. Le gain est naturellement financier: avec cette solution, il n’y a plus à payer pour pouvoir utiliser un outil3)Lithium, etc. Alors, évidemment, les pages sont truffées de publicités choisies par Facebook et c’est eux qui raflent l’argent généré. Mais il faut bien qu’ils vivent, n’est-ce pas?4)Lire à ce propos: http://blog.internet-formation.fr/2015/11/facebook-atteint-les-4-5-milliards-de-dollars-de-chiffre-daffaires-q3-2015/.

En contrepartie, on l’a vu, on a droit aux élucubrations des uns et des autres et notamment aux commentaires. Les commentaires sur les billets Facebook de médias traitant d’actualité sont la pire chose que je n’aie jamais vue sur le net. Veulerie, mauvaise foi, violence verbale, incitation, c’est le café du commerce au cube, la démonstration de l’inculture d’une partie de nos semblables, la preuve que l’abrutissement des masses fonctionne! Patrick Lelay avait parlé de temps de cerveau disponible5)Ref: Temps de cerveau disponible sur Wikipedia mais cela présupposait que les récepteurs humains avaient des cerveaux, ce qui n’est manifestement plus le cas de certains. Ces mêmes gens qui refaisaient le monde au café du commerce jusqu’au milieu des années 2000 dans l’intimité de leurs tables le font désormais avec un public potentiel de plusieurs millions de personnes.

Ces commentaires sont écrits, généralement avec une orthographe, une grammaire et une conjugaison déplorables,  par des gens que vous ne connaissez pas6)Dieu merci mais qui sont juste abonnés, sur Facebook,  à la même page que vous. Je regrette vraiment qu’on ne puisse pas désactiver la vue des commentaires; ils rendent la visite de la page plus délicate et écornent la confiance qu’on a dans le média. Et les community managers de pacotilles employés par ces médias pour faire la modération, forcément a posteriori, ne sont d’aucun secours, coincés entre le fait de laisser faire et risquer le départ de visiteurs plus posés, ou alors de sévir mais avec le risque de déclencher une réaction encore plus forte, et donc plus gênante, avec dénonciation de la censure, etc, etc.

Et cela nous amène tout naturellement aux nouvelles formes du militantisme. Nous vivons une époque où des gens pensent vraiment que cliquer sur J’aime va influer sur la marche du monde, la pauvreté, voire même sauver des vies. D’autres, plus nombreux, se le font croire à eux-mêmes, par paresse. Ainsi, plutôt que d’aller manifester pour telle ou telle cause, ce qui prend du temps, on rejoint une page sur Facebook.

70c198dfeb314885da3ec9e63a7e9043

On arrive alors au climax. Par exemple, un parti anti-capitalisme qui a sa page Officielle sur Facebook 7)Eh si: https://www.facebook.com/pages/Nouveau-Parti-Anticapitaliste-officiel/60709923222. Étonnant, non? Non au final, parce que celui qui n’est pas sur Facebook n’existe pas vraiment de nos jours. Cette société de droit privé américaine a réussi à centraliser la contestation, la réaction, la publication. Ce qui semble plutôt dangereux, à mon humble avis…

References   [ + ]

1. C’est le cas de le dire!
2. Il faut donc saluer ceux qui privilégient encore leurs solutions internes, parfois contre vents et marées
3. Lithium, etc
4. Lire à ce propos: http://blog.internet-formation.fr/2015/11/facebook-atteint-les-4-5-milliards-de-dollars-de-chiffre-daffaires-q3-2015/
5. Ref: Temps de cerveau disponible sur Wikipedia
6. Dieu merci
7. Eh si: https://www.facebook.com/pages/Nouveau-Parti-Anticapitaliste-officiel/60709923222

Magazines

Mon premier abonnement à un magazine, c’était, alors que j’étais enfant, Yakari. En plus du monde des indiens, il m’a fait entrer dans le monde des magazines. Depuis, j’ai toujours été abonné à au moins un périodique1)Actuellement: L’Histoire. Depuis cette époque, le monde de la presse spécialisée a enfanté de quelques très beaux titres, pas mal de choses diverses et, et c’est ce qui va nous occuper ici, quelques titres extrêmement spécialisés sur des sujets… euh…

Abonnement-Magazine-Sanglier-Passion

Il y a des questions, quand même… On s’demande.

Le lecteur-type de Sanglier Passion, par exemple, m’interpelle, quelque part. Qui est-il, que veut-il..? Un petit indice sur une autre de leurs couv’:

d-208519-mag

Mais, ô mystères insondables, qui peut bien se ruer dans son kiosque pour lire l’article Quel âge a mon sanglier? Et est-il réellement important de connaître son âge quand il vous charge dans les buissons?

Notons encore sur le sujet que le modèle a donné le jour à d’autres titres, tout autant intéressants:

wir.skyrock.net

Roulez vos bouillettes

Naturellement, le monde de la chasse sportive n’est pas seul à lire des magazines. Le feu, par exemple, a ses publications de références:

Il y a aussi tout un pan de magazines… heu… pour nous faire rêver

« Continuez de rêver », tiens donc!

Mais seulement rêver: quand on ne peut pas se payer de belles demeures, on a peut-être de quoi se payer le magazine. Ça fera toujours bien, dans un deux pièces – cuisine, de le lire aux toilettes/salle-de-bain.

Avec l’arrivée de nouvelles technologies (mise en page, impression, numérique), on peut faire un magazine rentable avec moins de lecteurs qu’avant. Ce qui a permis l’arrivée de titres, on l’a vu, très très… verticaux, aux sujets toujours plus spécialisés. La bonne nouvelle, c’est que ça stimule la lecture et la curiosité. C’est quand même déjà pas si mal, à mon humble avis…

Enfin, à titre personnel, j’attends Magazines Magazine, qui nous permettra de connaître, sélectionner, gérer nos abonnements aux magazines et choisir lesquels plutôt acheter en kiosque.

References   [ + ]

1. Actuellement: L’Histoire